↑ Revenir à Patrimoine

La vasque de Guermorvan

Depuis 1987 la Vasque de Guermorvan est posée dans le parc de la mairie de la ville de Lanvollon…mais d’où vient-elle ? et quelle est son histoire ?


Parc de la Mairie de LANVOLLON

Cette vasque répertoriée mais non classée aux Monuments Historiques se trouvait dans le parc du Manoir de Guermorvan à Louargat, propriété de la famille De Botmiliau.

Madame De Botmiliau n’avait donc besoin d’aucune autorisation administrative pour vendre ce patrimoine et la commune n’était pas habilitée non plus à faire valoir un quelconque « droit de préemption ».

Maître Jacques Seité, maire de l’époque (1965-1989), négocia la vente de ce monument pour la somme de 75 000 francs à la fin de l’année 1987.

Et quelques semaines plus tard, deux élus de Lanvollon accompagnaient à Louargat l’entreprise chargée du transport.

Quelle ne fut leur surprise de se heurter à une manifestation des élus de Louargat et de quelques habitants qui s’opposaient au départ de la vasque pour Lanvollon.

Des négociations s’engagèrent dans un froid glacial. Vers midi profitant de la pause du déjeuner, et plus ou moins en catimini, les ouvriers purent effectuer le chargement, le transport et déposer la vasque dans le jardin public de Lanvollon.

A l’époque cette transaction fit couler beaucoup d’encre. Les habitants de Louargat créèrent une association et déposèrent un recours auprès du Tribunal Administratif de Rennes pour contester la légalité de cette acquisition.  La demande fut rejetée au titre du droit de propriété et du non classement du monument.

Description

Cette vasque a été taillée et creusée d’une seule pièce dans un bloc de granit de 18 tonnes, elle a un diamètre de 3 m 80 et une hauteur de 1 m 40, elle est posée sur quatre piliers de granit gravés de un ou deux cercles.

Le pourtour de la vasque est « timbré » de 4 emplacements de blason qui n’ont jamais été gravés. Au centre de la vasque est creusé un trou circulaire dans un carré.

Ce qui nous laisse deviner l’emplacement d’une colonne et le passage d’un tuyau d’eau qui alimentait certainement cette colonne. Serait-ce une fontaine ?

Histoire

Pour comprendre l’origine de ce monument, il fallait faire quelques recherches pour savoir s’il existait d’autres monuments de ce type dans la région, dans quel lieu, et quelle était la motivation de leur création.

D’après les Monuments historiques, le XVI ème siècle vit l’essor de la mode des fontaines qui correspondait à l’embellissement des manoirs et des maisons nobles qui subissaient l’influence de la Renaissance et découvrait un art de vivre avec des maisons où les fenêtres remplaçaient les meurtrières des châteaux-forts dont les défenses face aux envahisseurs et autres brigands n’avaient plus lieu d’être.

En outre les monastères possédaient des cloîtres dont le centre était pourvu d’une fontaine qui avait à la fois une fonction symbolique et une fonction utilitaire, les cloîtres rappelant eux-mêmes les « atriums romains », comme la fontaine de l’abbaye de Daoulas datant du 12 ème siècle et d’inspiration celtique.

Dix fontaines/vasques ont été listées et sont situées dans le nord et le centre du Finistère, géographiquement partant de St-Paul de Léon, Cléder jusqu’à Pleyber Christ, Commana, Loqueffret et Pouillaouen, à l’ouest Plouneventer, Sizun, à l’est Plouigneau et Louargat.

Elles sont toutes en granit monolithe, soit posées sur le sol : Château de Mézarnou, Manoir de Poullaouen, soit ayant un pied central : manoir de Commana, manoir du Rusquec, soit surélevées sur des piliers au nombre de trois ( château du Rusquec qui possède 2 vasques ) ou quatre ( Vasque de Lanvollon ) ou 6 manoir de Tronjoly.

A l’instar de la nôtre, d’autres fontaines ont voyagé au gré des fortunes diverses de leur propriétaire, comme celle du manoir de Kervennion en Plouigneau rachetée par la commune de Plougonven ou celle du château de Kerliviry rachetée par la Ville de St Paul-de-Léon et située sur la place de Kreister.

Pourquoi est-elle dénommée « Auge de Guermorvan » sur certaines cartes postales anciennes ? Est-ce dû à la décrépitude du manoir devenant ferme ou parce que la vasque n’alimentait plus que le bétail ?

Maintenant nous savons qu’elle fut une fontaine agrémentant un parc Renaissance, elle a retrouvé ses lettres de noblesse dans notre ville de Lanvollon qui en a fait son emblème.